home / Les alentours

Les alentours

Worms

Worms (Allemand : [vЙ”КЃms]) est une ville en Rhénanie-Palatinat, Allemagne, située sur le Haut Rhin à 60 kilomètres (40 milles) environs à sud-sudouest de Francfort-sur-le-Main.
En 2013 il avait presque 80 000 habitants.
Fondée encore à l’époque pré-romaine, Worms était la capitale du Royaume des Bourgondes au début du V siècle et elle est depuis lors la scène des légendes médiévales liées à cette période, et notamment la première partie de la Chanson des Nibelungen.

Worms était un évêché catholique romain au moins à partir de 614, et elle était un palatinat important de Charlemagne. La Cathédrale de Worms est une des Cathédrales impériales et elle est parmi les plus beaux exemples de l’architecture romane en Allemagne. 
Au Haut-Moyen-Âge Worms prospère comme une Ville libre d’Empire.
Parmi plus de centaines de diètes impériales s’étant tenues à Worms, la Diète de 1521 (généralement connue comme la Diète de Worms) se termine par l’Édit de Worms, par lequel Martin Luther était déclaré hérétique. 
Aujourd’hui la ville est un centre industriel et elle est célèbre comme l’origine du vin Liebfraumilch.
Les autres industries qui y sont développées, sont l’industrie chimique et celle des métaux. 

 

Nom

Le nom Worms Рµst d’origine celtique : Borbetomagus signifie "localité dans une zone aqueuse". En fin de compte il se transforme dans le nom latin Vormatia, utilisé depuis le VI siècle et qui a été conservé dans la forme en hébreu Vermayza (Ч•ЧЁЧћЧ™Ч™Ч–Чђ) et la forme polonaise Wormacja.
Selon la tradition, le nom vient du temps quand le héros légendaire tue un lindworm (dragon) près de la ville, comme on raconte dans la Chanson des Nibelungen.   

Cimetière juif "Heiliger Sand"
Le Jardin Heylshof 
Vignobles

 

Géographie

Situation géographiqueWorms est située sur la rive ouest du Rhin entre les villes Ludwigshafen et Mayence. Dans la partie nord de la ville la rivière Pfrimm se jette dans le Rhin et dans la partie sud Eisbach, (français "Courant glaciaire"), se jette dans le Rhin.  

Arrondissements
Worms a 13 arrondissements (ou "quartiers") autour du centre de la ville. Ils sont comme il suit : 

Nom Population Direction et distance du centre de la ville
Abenheim 2,744         nord-ouest (10 km)
Heppenheim 2,073         sud-ouest (9 km)
Herrnsheim 6,368     nord (5 km)
Hochheim 3,823     nord-ouest 
Horchheim 4,770         sud-ouest (4.5 km)
Ibersheim 692 nord (13 km)
Leiselheim 1,983         ouest (4 km)
Neuhausen 10,633     nord
Pfeddersheim 7,414         ouest (7 km)
Pfiffligheim 3,668         ouest 
Rheindürkheim 3,021     nord (8 km)
Weinsheim 2,800     sud-ouest (4 km)
Wiesoppenheim 1,796     sud-ouest (5.5 km)

Climat
Le climat dans la vallée du Rhin est très modéré en hiver et assez agréable en été. Les précipitations sont au-dessous de la moyenne par rapport aux régions voisines. La couverture de neige en hivers est très faible et en général fond très vite. 

 

Histoire

L’église Saint-Martin

Antiquité
La ville existe avant son invasion par les Romains et sa fortification par Drusus en 14 av. J.-C. 
À partir de ce moment, une petite troupe d'infanterie et de cavalerie est mise en garnison à Augusta Vangionum; cela donne à la localité le nom romanisé mais d’origine celte de Borbetomagus. 
La garnison se développe dans une petite ville au plan régulier de castrum romain, avec son forum, ses temples pour les principaux dieux Jupiter, Junon, Minerve (dont le temple est le site plus tard de la cathédrale), et Mars.
Au musée archéologique on peut voir des inscriptions romaines, des autels et des dons votifs ainsi qu’une des plus grandes collections d’objets de verre romains en Europe.  Les potiers locaux travaillaient dans le quartier sud de la ville. Les fragments d’amphores contiennent des traces d’huile d’olive de Hispania Baetica, sans doute transportée par mer et après sur des bateaux en amont du Rhin.  
Durant les désordres de 411–13 av. J.-C., l’usurpateur romain Jovin s’établit à Borbetomagus comme un empereur marionnette à l’aide du roi des Burgondes Gunther qui quelques années auparavant s’était installé dans la région entre le Rhin et la Moselle.  
La ville devient la capitale du royaume burgonde sous le règne du roi Gunther (connu aussi comme Gondicaire). Peu de restes ont survécu de ce premier royaume burgonde parce qu’en 436 il fut totalement défait par l’armée combinée des Romains (commandés par Aëtius) et les Huns (commandés par Attila); un fermoir de ceinture trouvé à Worms-Abenheim, est un trésor dans le musée. Provoquée par les invasions des Burgondes contre les peuplements romains, l’armée combinée romano-hunnique détruit l’armée burgonde dans la bataille de Worms (436), en tuant le roi Gunther. On dit que les tués étaient 20 000. Les Romains emmènent les survivants à sud vers la province romaine Sapaudia (aujourd’hui Savoie). L’histoire de cette guerre inspire plus tard la Chanson des Nibelungen. 
 

Moyen âge 

Worms est un évêché catholique romain au moins depuis 614, en étant mentionnée pour la première fois en 346. Au sein de l’Empire des Francs la ville fut la location d’un palatinat important de Charlemagne qui y construisit un de ses nombreux palais administratifs. Les évêques administrèrent la ville et ses territoires. Le plus fameux parmi les évêques médiévaux fut Burchard de Worms. 

Carte de Worms de 1630. Le ghetto juif est marqué en jaune. 

La Cathédrale de Worms (Wormser Dom), dédiée à St Pierre, Рµst une des plus beaux exemples de l’architecture romane en Allemande. Avec les cathédrales romanes dans les villes proches de Spire et de Mayence, elle est une des ainsi-dites Kaiserdome (Cathédrales impériales). Certaines parties dans un style roman primitif du X siècle existent encore mais la plupart des parties sont du XI et du XII siècle, avec certaines additions ultérieures en style gothique (voir les liens externes ci-dessous pour illustrations). 
Quatre autres églises romanes ainsi qu’une forteresse romane dans l’ancienne ville existent encore, ce qui fait de Worms la deuxième ville en Allemagne par architecture romane après Cologne seulement.
Worms prospère pendant le Haut Moyen âge. Après avoir obtenu de vastes privilèges par le roi Henry IV (plus tard Empereur Henry III) déjà en 1074, la ville devient plus tard une Ville libre d’Empire, indépendante de tout souverain local et ne responsable que devant l’Empereur du Saint Empire Romain lui-même. Par conséquent, Worms devient le site de plusieurs évènements importants dans l’histoire de l’Empire. En 1122 on signe le Concordat de Worms; en 1495 y eut lieu une diète impériale qui tente de réformer les cercles impériaux désintégrant par une réforme impériale. Mais le plus important c’est que parmi les plus de cent diètes impériales s’étant tenues à Worms, celle de 1521 (généralement connue comme la Diète de Worms) se termine par l’Édit de Worms, par lequel Martin Luther était déclaré hérétique après son refus de renoncer à ses croyances religieuses. Worms Рµst aussi le lieu de naissance des premières bibles de la Réforme, ainsi que de la bible allemande de Martin Luther, et du premier nouveau testament complet en anglais de William Tyndale en 1526. 
La ville, connue en hébreu médiéval sous le nom de Varmayza ou Vermaysa (Ч•ЧЁЧћЧ™Ч–Чђ, Ч•ЧЁЧћЧ™Ч©Чђ), fut un centre du judaïsme Ashkénaze médiéval. La communauté juive s’y était établie à la fin du X siècle et la première synagogue de Worms fut construite en 1034. En 1096, huit cent Juifs furent assassinés par les Croisés et la foule locale. Le cimetière juif à Worms, datant du XI siècle, est considéré comme le plus ancien cimetière subsistant in situ en Europe. La Synagogue Rashi datant de 1175 et qui a été soigneusement reconstruite après sa profanation lors de la nuit de Cristal, est la plus vieille en Allemagne. Parmi les éminents étudiants, rabbins et universitaires de Worms est Shlomo Yitzhaki (Rashi) qui a étudié avec R. Yizhak Halevi sgan haleviya, Elazar Rokeach, Maharil, et Yair Bacharach.
Lors du synode rabbinique tenu à Worms au tournant du XI siècle le rabbin Gershom ben Judah (Rabbeinu Gershom) interdit expressément la polygamie pour la première fois. Pour plusieurs centaines d’années, jusqu’à la Nuit de Cristal en 1938, le quartier juif de Worms est un centre de la vie juive. Aujourd’hui à Worms il n’y a qu’une très petite population juive et une communauté juive reconnaissable n’existe plus. Cependant après les reconstructions des années 70 et 80 du XX siècle beaucoup des bâtiments du quartier peuvent être vus le tout près de leur état original, conservés comme un musée en plein air.  


Les temps modernes 
En 1689, pendant la guerre de neuf ans, Worms (ainsi que les petites et grandes villes voisinantes  Heidelberg, Mannheim, Oppenheim, Spire et Bingen) fut saccagée par les troupes du roi de France Louis XIV bien que la ville ne fut prise par les Français que pour quelques semaines. En 1743 fut signé le Traité de Worms, en vertu duquel se forma une alliance politique entre la Grande Bretagne, l’Autriche et le Royaume de Sardaigne. En 1792 la ville fut occupée par l’armée de la Première République Française durant les guerres de la révolution française. L’évêché de Worms fut sécularisé en 1801, la ville étant annexée au Premier Empire. En 1815 Worms passe au Grand-Duché de Hesse conformément au Congrès de Vienne et par conséquent administrée par la province de Hesse rhénane.  
Après la bataille des Ardennes les armées des Alliés avancent vers la Rhénanie en préparant une attaque massive à travers le Rhin au Coeur du Reich. Worms est un renforcement allemand à Rhénanie de sud sur la rive ouest du Rhin et les forces allemandes y installées résistèrent tenacement à l’avancée alliée. Worms est ensuite fortement bombardé par l’Armée de l’air britannique pendant les derniers deux mois de la Deuxième guerre mondiale - avec deux attaques, le 21 février et le 18 mars 1945. Une étude après la guerre montre qu’à peu près 39% de la superficie construite de la ville a été détruite. Le but de l’attaque de l’Armée de l’air britannique du 21 février était la gare principale, sur le bord du centre-ville, et les usines chimiques dans la zone sud-ouest du centre-ville.    L’attaque cependant détruisit aussi de vastes zones du centre de la ville. L’attaque fut réalisée par 334 bombardiers qui pour quelques minutes versèrent 1 100 tons de bombes sur le centre-ville. La Cathédrale de Worms est un des édifices qui prirent feu dans l’incendie en ayant résulté. Les Américains n’entrèrent dans la ville qu’après le franchissement du Rhin eût commencé après la prise du pont de Remagen.
Lors des attaques moururent 239 habitants, et 35 000 (60% de la population de 58 000) restèrent sans abri. Au total 6 490 édifices sont sérieusement endommagés ou détruits. Après la guerre le centre-ville est reconstruit surtout au style moderne. Après la guerre Worms devient une partie du nouveau land de Rhénanie-Palatinat ; l’arrondissement de Rosengarten, sur la rive est du Rhin, fut perdu en faveur de Hesse. 
Aujourd’hui Worms est en concurrence acharnée avec les villes Trèves et Cologne pour le titre "La plus ancienne ville de l’Allemagne". Worms est l’unique membre allemand du réseau des plus anciennes villes d’Europe. L’exposition multimédia du Musée des Nibelungen est ouverte en 2001 et le festival annuel juste devant la Cathédrale de Worms tente de récupérer l’atmosphère de la période préchrétienne. 
 

Created by: StudioKA3.com | WebArtGraphic.com CMS: FlexCont
Back To Top